Un cas clinique de myélinolyse centropontine et extrapontine, sans hyponatrémie, au décours d’un sevrage alcoolique et d’évolution favorable

A case of central pontine and extrapontine myelinolysis, without hyponatremia, during alcohol withdrawal with favorable outcome

Auteurs
L. de Lacerda, E. Van Durme et P. Verbanck
Année
2014
Type d'article
Cas clinique
Keywords
alcohol withdrawal, alcoholism, central pontine and extra-pontine myelinolysis, hyponatremia, outcome

Résumé

Les myélinolyses centropontine (MCP) et extrapontine (MEP) constituent une affection neurologique rare qui a été bien décrite et qui est connue maintenant depuis une cinquantaine d’année mais dont l’étiopathogénie reste obscure. La notion de condition médicale prédisposante se rencontre dans la plupart des cas. L’alcoolisme chronique en est une des plus rencontrées parmi beaucoup d’autres. Le sevrage éthylique représente un facteur de vulnérabilité supplémentaire entraînant des variations électrolytiques qui ne sont pas toujours objectivées mais qui participent sans nul doute au développement d’une MCP et/ou d’une MEP. Cette pathologie peut être la cause d’une lourde morbidité et peut engager le pronostic vital. Le diagnostic reste essentiellement clinique et confirmé par la résonance magnétique nucléaire cérébrale. Ce diagnostic doit être évoqué devant toute manifestation neurologique inexpliquée (diagnostic d’exclusion) au décours d’un sevrage éthylique ou chez tout patient éthylique chronique, et ce, le plus rapidement possible au vu de l’issue potentiellement fatale. Rev Med Brux 2014 ; 35 : 174-8

Abstract

Central pontine and extra-pontine myelinolysis (CPM/EPM) is a rare neurological disorder, well documented for more than 50 years but whose pathogenesis remains obscure. The existence of predisposing factors occurs in the most cases ; chronic alcohol abuse is one of the most commonly encountered, among many others. Alcohol withdrawal represents an additional vulnerability factor, being responsible for electrolyte imbalances which are not always demonstrable but are certainly involved in the development of CPM and/or EPM. CPM/EPM may be responsible for severe morbidity and is potentially life-threatening. The diagnosis of CPM/ EPM remains mostly clinical and is confirmed by magnetic resonance imaging of the brain. It should be considered in the setting of any unexplained neurological symptoms during the course of alcohol withdrawal or for any patient with chronic alcohol abuse, as promptly as possible, given the potentially fatal outcome. Rev Med Brux 2014 ; 35 : 174-8

Télécharger l'article

Cet article est en accès libre.

Télécharger l'article (PDF)

Adobe Reader doit être installé sur votre ordinateur afin de pouvoir visualiser cet article. Vous pouvez le télécharger gratuitement du site www.adobe.com.