Accouchement forcé en lieu et place de l’opération césarienne post mortem

Forced delivery instead of post mortem cesarean section

Auteurs
D. Massart, S. Sohawon et O. Noordally
Année
2012
Type d'article
Histoire de la médecine
Keywords
child mortality, forced delivery, obstetrics, post mortem cesarean

Résumé

La Lex Regia ordonnait de ne pas inhumer une femme enceinte morte sans avoir extrait l’enfant de son ventre. L’opération césarienne post mortem fut prescrite jusqu’en 1861 par tous les obstétriciens mais cependant, antérieurement au XIXème siècle, en 1729, Delamotte pratiquait l’accouchement forcé en l’absence du travail afin d’éviter l’opération césarienne en vue d’une meilleure chance de survie pour le nouveau-né. Cet article décrit la supplantation de la césarienne post mortem par l’accouchement forcé ante mortem qui a contribué à diminuer la mortalité infantile. Rev Med Brux 2012 ; 33 : 53-6

Abstract

The Lex Regia stipulated that no pregnant women shall be buried unless the child has been removed from her womb. The post mortem caesarean delivery was upheld till 1861 by the majority of obstetricians but never theless, anterior to the XIXth century, in 1729, Delamotte practiced delivery in the agonising patient in the absence of labour in view to bypass the cesarean section in hope of better child survival. This article describes the beginning of forced ante mortem delivery upon post mortem cesarean section, which contributed to a decrease in child mortality. Rev Med Brux 2012 ; 33 : 53-6

Télécharger l'article

Cet article est en accès libre.

Télécharger l'article (PDF)

Adobe Reader doit être installé sur votre ordinateur afin de pouvoir visualiser cet article. Vous pouvez le télécharger gratuitement du site www.adobe.com.