Apport de l’échographie et de l’IRM dans la leucomalacie périventriculaire

Ultrasound and MR imaging in periventricular leukomalacia

Auteurs
A. Johanson, A. Massez, C. Christophe, F. Avni, F. Ziereisen
Année
2003
Type d'article
Article de synthèse
Keywords
MRI, periventricular leukomalacia, periventricular white matter abnormalities, US

Résumé

La leucomalacie périventriculaire (LPV) est une atteinte de la substance blanche péri- et paraventriculaire comprenant des zones focalisées de nécrose de coagulation et une atteinte plus diffuse d’oligodendrocytes immatures et/ou de gliose. La LPV concerne essentiellement le prématuré et est à l’origine de séquelles neurologiques périnatales parmi les plus invalidantes. Son diagnostic est difficile à poser précocement car l’examen neurologique du prématuré est peu informatif. L’imagerie a pour rôle de compléter l’évaluation clinique, biologique et électrophysiologique en faisant le bilan morphologique des lésions cérébrales. L’échographie transfontanellaire (ETF) est la technique d’imagerie de première intention, à réaliser de manière répétée, chez le nouveau-né à risque. Elle manque toutefois de sensibilité et de spécificité pour le diagnostic de LPV ne se cavitant pas. L’imagerie par résonance magnétique (IRM) au stade précoce est plus sensible pour détecter, caractériser et faire le bilan d’extension des zones de nécrose de coagulation. Elle devrait être réalisée lorsque l’ETF objective des zones hyperéchogènes hétérogènes. La séquence diffusion, d’utilisation récente, apparaît relativement sensible pour objectiver aussi la composante diffuse de la LPV. L’IRM au stade chronique est l’unique technique d’imagerie pour étudier la progression de la myélinisation et préciser l’extension des lésions séquellaires. Rev Med Brux 2003 ; 3 : 154-61

Abstract

Periventricular leukomalacia (PVL) consists of focal coagulation necrosis and of more diffuse and mild white matter involvement as gliosis and lesions of immature oligodendrocytes. PVL affects essentially the premature newborn and has become the dominant form of perinatal neurological insults. Its diagnosis remains difficult to assess as neurological examination is poorly contributive. Diagnostic imaging plays an important role as it completes clinical, biological and electrophysiological data in depicting the cerebral lesions. Cerebral ultrasound remains the first imaging modality to perform in order to investigate and follow ill neonates. However ultrasound has a low sensitivity and specificity in depicting non cavitated PVL. Magnetic resonance imaging (MRI), in the acute stage, provides additional information about the extension and the depiction of hemorrhagic component of the lesions. Furthermore, diffusion-weighted MRI appears useful for the early identification of the diffuse component of PVL. MRI in the chronic stage is the only imaging method to study the progress of myelination and precise the extension of sequellar lesions. Rev Med Brux 2003 ; 3 : 154-61

Télécharger l'article

Cet article est en accès libre.

Télécharger l'article (PDF)

Adobe Reader doit être installé sur votre ordinateur afin de pouvoir visualiser cet article. Vous pouvez le télécharger gratuitement du site www.adobe.com.