Comment aborder le cas d’une suspicion de schizophrénie précoce résistant au traitement ?

How to address the case of early schizophrenia suspicion resistant to treatment ?

Auteurs
SKALLI HOUSSAINI G. et NICOLIS H.
DOI
10.30637/2020.20-010
Année
2020
Type d'article
Cas clinique
Keywords
children and youth, clinical practice guidelines, early-onset schizophrenia, treatment resistance

Résumé

La schizophrénie précoce est un trouble grave pouvant survenir dans l’enfance ou à l’adolescence. Elle peut être associée à une psychopathologie plus sévère et une résistance au traitement. Les recommandations de prise en charge thérapeutique soulignent que des interventions précoces appropriées et spécifiques au stade de développement de la maladie peuvent conduire à de meilleurs résultats chez les jeunes et améliorer leur potentiel de récupération. Dès lors, il est important d’identifier les principaux facteurs prédictifs de résistance au traitement lors d’un premier épisode de décompensation, ainsi que les causes d’inefficacité du traitement avant d’envisager d’autres stratégies thérapeutiques. Nous présentons le cas d’une jeune fille de 14 ans admise en hospitalisation de pédopsychiatrie à la suite de troubles du comportement évoluant depuis six mois, avec un état de déstructuration et de désorganisation de la pensée, des bizarreries, des rires discordants, des hallucinations auditives, de graves automutilations par morsures et une désinhibition. A la suite d’un bilan complet, l’hypothèse diagnostique d’une schizophrénie précoce débutante est posée. L’état de la patiente est difficile à stabiliser à cause d’une résistance aux différents traitements pharmacologiques instaurés. Le maintien d’une alliance thérapeutique avec la famille induit une évolution positive de la maladie.

Abstract

Early schizophrenia is a serious disorder that can occur in childhood or adolescence. It can be associated with severe psychopathology and resistance to treatment. The guidelines for therapeutic management emphasize that early interventions with appropriate psychological and pharmacological methods, specific at the stage of disease development can lead to better results and improve the potential for recovery. Therefore, it is important to identify the main predictors of resistance to treatment during a first episode of decompensation, as well as the causes of therapeutic ineffectiveness before considering other therapeutic strategies. We present the case of a 14-year-old girl admitted in child psychiatry following behavioral disorders evolving for six months, with a state of destructuring state and disorganized thinking, quirks, discordant laughter, auditory hallucinations, severe self-harm by bites, and disinhibition. Following a comprehensive review, the diagnostic hypothesis of early-onset schizophrenia was done. The patient’s condition was difficult to stabilize, due to resistance to the various pharmacological treatments instituted. Maintaining a therapeutic alliance with the family positively affected the course of the disease.

Télécharger l'article - Je suis abonné ou membre

Uniquement pour les membres de l'A.M.U.B. et les abonnés à la Revue Médicale de Bruxelles.

Je désire m'abonner

Abonnez-vous à la Revue Médicale de Bruxelles.

Abonnement à la Revue

Je désire devenir membre

Devenez membre de l'A.M.U.B. et bénéficiez, en plus de l'accès à la Revue Médicale de Bruxelles, de nombreux services.

Devenir membre de l'A.M.U.B.

Adobe Reader doit être installé sur votre ordinateur afin de pouvoir visualiser cet article. Vous pouvez le télécharger gratuitement du site www.adobe.com.