Faut-il encore examiner une lombalgie ?

Shoud we still examine a low back pain ?

Auteurs
VANDERSTRAETEN J., DECHANXHE P. et ANNAERT J.-M.
DOI
10.30637/2020.20-019
Année
2020
Type d'article
Article de synthèse
Keywords
clinical examination, discogenic pain, facet syndrome, non-specific low back pain

Résumé

En Belgique et ailleurs, les recommandations pour la prise en charge de la lombalgie ont été remises à jour à l’attention des praticiens de la première et de la deuxième ligne. En l’absence de red flags, toute lombalgie y est définie comme étant non spécifique (NS) et fait l’objet d’une prise en charge identique, quel qu’en soit le mécanisme initial ou l’entité en cause (discopathie, syndrome facettaire, etc.). Il s’ensuit que l’examen clinique, seul à même d’identifier ce mécanisme ou cette entité, n’est pas spécifiquement recommandé, si ce n’est pour l’exclusion des red flags. Nous analysons ici les éléments qui expliquent cette conception des choses. A la lumière de ceux-ci et sur base d’autres arguments, nous prenons une certaine distance par rapport aux recommandations et remettons en avant l’intérêt de l’examen clinique et du démembrement de la lombalgie NS, à tout le moins dans le contexte aigu (moins de 6 semaines d’évolution). A contrario, nous évoquons les écueils de l’absence de cet examen, dont en particulier le risque de surprescription d’imagerie et de non-compliance du patient à la prise en charge recommandée. Enfin, nous rappelons l’essentiel de l’approche clinique d’une lombalgie NS aiguë en première ligne chez l’adulte.

Abstract

In Belgium and elsewhere, the recommendations for the management of low back pain have recently been updated for primary and second line practitioners. In the absence of red flags, low back pain is defined as non-specific (NS) and is the subject of an identical management, whatever the initial mechanism or the entity involved (disc disease, facet syndrome, etc.). It follows that clinical examination, which alone can identify this mechanism or entity, is not specifically recommended, except for the exclusion of red flags. Here we analyze the elements that explain this view. In the light of these elements and on the basis of other arguments, we take a certain distance from the recommendations and put forward the interest of the clinical examination of the NS low back pain and, if possible, of its etiological diagnosis, at least in the acute context (less than 6 weeks of evolution). Conversely, we evoke the pitfalls of the absence of this examination, in particular the risk of overprescription of imaging and non-compliance of the patient with the recommended management. Finally, we remind the essentials of the clinical approach of acute NS low back pain in adults.

Télécharger l'article - Je suis abonné ou membre

Uniquement pour les membres de l'A.M.U.B. et les abonnés à la Revue Médicale de Bruxelles.

Je désire m'abonner

Abonnez-vous à la Revue Médicale de Bruxelles.

Abonnement à la Revue

Je désire devenir membre

Devenez membre de l'A.M.U.B. et bénéficiez, en plus de l'accès à la Revue Médicale de Bruxelles, de nombreux services.

Devenir membre de l'A.M.U.B.

Adobe Reader doit être installé sur votre ordinateur afin de pouvoir visualiser cet article. Vous pouvez le télécharger gratuitement du site www.adobe.com.