Imagerie de l’infection urinaire de l’enfant

Imaging of urinary tract infection in children

Auteurs
F.E. Avni et M. Cassart
Année
2010
Type d'article
Imagerie médicale
Keywords
children, DMSA, kidney, RMI, ultrasound, urinary tract infections

Résumé

L’infection urinaire est une pathologie très fréquente chez les enfants. Son diagnostic, sa prise en charge et son traitement ont fait l’objet d’une abondante littérature et ont alimenté de nombreuses controverses. Identifier les patients à risque d’infection et ceux à risque d’infection compliquée sont les défis majeurs. Les complications à long terme comprennent la néphropathie de reflux, l’hypertension et l’insuffisance rénale. L’imagerie joue un triple rôle : affirmer le diagnostic chez les patients dont la symptomatologie est équivoque ; déterminer les patients à risque de récidive ; un rôle préventif par le dépistage anténatal des uropathies malformatives. En situation aiguë, l’échographie joue un rôle essentiel dans le dépistage des uropathies malformatives. L’utilisation complémentaire du Doppler couleur est importante pour visualiser des zones inflammatoires rénales. A ce jour, l’examen isotopique au DMSA est toujours l’examen de référence pour démontrer une atteinte parenchymateuse. Le scanner et l’IRM sont rarement utilisés en période aiguë. La cystographie rétrograde quant à elle, est essentielle pour démontrer un reflux vésicourétéral associé. Un algorithme décisionnel peut être proposé sur base de l’échographie, du DMSA suivi par une cystographie si l’un ou l’autre sont positifs. En cas de recherche d’abcès compliquant la PNA, un CT ou une IRM peuvent être réalisés. Par ailleurs, la DMSA est l’examen de référence pour démontrer des cicatrices rénales, séquelles de l’infection. A l’avenir, l’utilisation de l’IRM s’élargira fort probablement pour la démonstration de l’atteinte rénale, de l’uropathie associée ou encore des cicatrices. Rev Med Brux 2010 ; 31 : 290-7

Abstract

Urinary tract infection is very common in children. Its diagnosis, management and treatment have led to abundant literature and many controversies. The main challenges are to identify patients at risk of infection and those at risk of complicated infections. Long-term complications include reflux nephropathy, renal hypertension and stage renal disease. Imaging has a triple role : to confirm the diagnosis in patients with equivocal clinical symptoms ; to determine patients at risk of recurrence ; prevention of infection by detecting already in utero patients with congenital malformation. During the acute phase, Ultrasound has an important role in detecting favouring conditions such as urinary tract dilatation. The use of color Doppler increases the sensibility and specificity of ultrasound. To date, DMSA scan is the key examination for demonstrating the parenchymal lesions. CT-scan and MRI are rarely used in this acute phase. Retrograde voiding cystography (RVC) will be used whenever vesico-ureteric reflux is suspected. A decision algorithm can be proposed bases on US and DMSA ; RVC will be performed whenever one of them is positive. CT or MRI will be used to look for abscesses complicating the UTI. DMSA scan is the gold standard for detecting renal scanning, sequellae of the infection. In the future, the role of MRI will surely increase for the demonstration of uropathy acute and sequelae of the renal involvement. Rev Med Brux 2010 ; 31 : 290-7

Télécharger l'article

Cet article est en accès libre.

Télécharger l'article (PDF)

Adobe Reader doit être installé sur votre ordinateur afin de pouvoir visualiser cet article. Vous pouvez le télécharger gratuitement du site www.adobe.com.