La dépression du post-partum : corrélats et facteurs prédictifs (accès libre)

Post-partum depression : correlations and predictive factors (free access)

Auteurs
D. Amaru et O. Le Bon
Année
2014
Type d'article
Article original
Keywords
detection, post-partum depression, risk factors

Résumé

La dépression du post-partum (DPP) fait partie du spectre des troubles dépressifs pouvant faire suite à une grossesse. Il est important de la dépister dès que possible étant donné les conséquences négatives non négligeables potentielles pour la mère, l’enfant et l’entourage. Dans certains cas, la DPP peut évoluer en psychose du post-partum, qui est une urgence psychiatrique. L’étude actuelle sépare en deux groupes 88 femmes, au décours immédiat de leur accouchement, selon le score obtenu sur l’Edinburgh postnatal Depression Scale (EPDS), une échelle internationalement validée et qui prédit le développement postérieur d’une DPP. Les deux groupes sont ensuite comparés sur une série de questions ouvertes, réalisées par un entretien personnalisé, en vue de mieux cerner les variables psychologiques ou anamnestiques donnant suite à cette pathologie. Parmi les femmes interrogées, on peut constater que 27,3 % ont un score EPDS ? 12, ce qui est plus élevé que les scores généralement rencontrés dans la littérature. Les principaux résultats de cette enquête sont : 1) le plus grand pourcentage, dans le groupe à risque, de femmes en couple par rapport aux mères seules ; 2) la présence de problèmes psychiques et de problèmes somatiques au cours de la grossesse venant de se terminer ; 3) l’impression de négligence par l’entourage ; 4) la tendance auto-dépréciative de mal remplir la fonction maternelle. Les points soulevés ci-dessus sont facilement détectables pourvu qu’une attention probablement plus importante que celle qui est dédiée actuellement soit dévolue aux jeunes mères dans un délai de quelques jours après l’accouchement. Rev Med Brux 2014 ; 35 : 10-6

Abstract

Post-partum depression (PPD) belongs to the depressive spectrum consecutive to a pregnancy. It is important to detect it as soon as possible to avoid non-negligible consequences for the mother, the new born and close relatives. It some cases, PPD may give way to post-partum psychosis, a psychiatric emergency. The present study splits 88 women in two groups, within days of delivery, as a function of their score at the Edinburgh postnatal Depression Scale (EPDS), an internationally validated scale which predicts future episodes of PPD. The two groups are then compared to a series of open items, obtained by personal interview, with the objective to better differentiate psychological and historical data giving way to this condition. Among the women, 27.3 % had a score on the EPDS ? 12, which is higher than what is generally encountered in the literature. The main results of this study are : 1) the higher percentage in the at risk group of women living with a significant other ; 2) the presence of psychic or somatic issues during the pregnancy ; 3) the feelings of negligence by the immediate environment ; 4) auto-depreciative tendency, the ill-fulfilling of maternal function. These items are easily detectable if a little more attention was dedicated to young mothers soon after delivery. Rev Med Brux 2014 ; 35 : 10-6

Télécharger l'article

Cet article est en accès libre.

Télécharger l'article (PDF)

Adobe Reader doit être installé sur votre ordinateur afin de pouvoir visualiser cet article. Vous pouvez le télécharger gratuitement du site www.adobe.com.