La fièvre chez les patients se présentant aux urgences d’un hôpital cancérologique : place de la neutropénie fébrile (accès libre)

Febrile neutropenia at the emergency department of a cancer hospital (free access)

Auteurs
C. Debey, A.-P. Meert, T. Berghmans, J.-M. Thomas et J.-P. Sculier
Année
2011
Type d'article
Article original
Keywords
cancer, emergencies, febrile neutropenia, primary care

Résumé

La neutropénie fébrile est une cause importante de fièvre chez le patient cancéreux. S’il est en cours de chimiothérapie, la priorité est de l’exclure car elle nécessite l’instauration rapide d’une antibiothérapie à large spectre. Nous avons étudié la fréquence et les caractéristiques de la neutropénie fébrile parmi les patients cancéreux consultant pour fièvre aux urgences. Nous avons effectué une étude rétrospective dans le service des urgences d’un hôpital cancérologique sur l’ensemble de l’année 2008. Tout patient porteur d’une néoplasie et présentant une plainte de fièvre et/ou une température ≥ 38 °C a été inclus. Sur 2.130 consultations, 408 ont été retenues (313 patients) dont 21,6 % (88) correspondaient à une neutropénie fébrile. Une plainte focalisée ou un signe physique était présent dans la majorité des cas. Des consultations pour neutropénie fébrile, 88 % ont été évaluées à faible risque de complications sérieuses et un peu plus de la moitié a été traitée par une antibiothérapie orale. Il n’y a eu que peu de patients avec une fièvre nue pour laquelle il a été difficile d’émettre une hypothèse diagnostique avec un traitement probabiliste. La majorité des consultations a abouti à une hospitalisation. Sur les 80 hospitalisations pour neutropénie fébrile, 6 décès sont survenus. Il n’y a eu aucun décès parmi les patients renvoyés à domicile. En conclusion, notre étude montre que chez ces patients, la neutropénie fébrile est fréquente et qu’elle est associée à un faible risque dans la majorité des cas. Dans ce cas, on envisage de plus en plus régulièrement une prise en charge ambulatoire ou, du moins, une sortie précoce d’hospitalisation en cas de neutropénie fébrile évaluée à faible risque de complications. Dans ce contexte, le médecin généraliste a un rôle important et, pour l’aider dans cette prise en charge, nous proposons un algorithme qui devra être validé. Rev Med Brux 2011 ; 32 : 74-82

Abstract

Febrile neutropenia is an important cause of fever in the cancer patient. When he/she is undergoing chemotherapy, the priority is to exclude that complication because it requires rapid administration of empiric broad-spectrum antibiotics. We have studied the rate and characteristics of febrile neutropenia in cancer patients consulting in a emergency department. We have conducted a retrospective study in the emergency department of a cancer hospital over the year 2008. Every patient with cancer and fever ≥ 38 °C was included. Over 2.130 consultations, 408 were selected (313 patients) including 21.6 % (88) for febrile neutropenia. A focal symptom or physical sign was present in the majority of the cases. 88 % were assessed as low risk for severe complications and about half of them received oral antibiotics. There were only a few patients with a nude fever for which it was difficult to make a hypothetical diagnosis in order to administer a probabilistic treatment. The majority of the consultations lead to hospital admission. Over the 80 hospitalisations, 6 deaths occurred. There was no death among the patients who remained ambulatory. In conclusion, our study shows that febrile neutropenia is frequent in ambulatory cancer patients presenting with fever and that in the majority of the cases, it is associated with a low risk. In such a situation, ambulatory management is more and more often considered or, at least, a rapid discharge after a short admission in case of low risk febrile neutropenia. In that context, the role of the general practionner has to be emphasised and to facilitate the outpatient management, we propose an algorithm that requires validation. Rev Med Brux 2011 ; 32 : 74-82

Télécharger l'article

Cet article est en accès libre.

Télécharger l'article (PDF)

Adobe Reader doit être installé sur votre ordinateur afin de pouvoir visualiser cet article. Vous pouvez le télécharger gratuitement du site www.adobe.com.