Le syndrome de Münchausen par procuration

Munchausen by proxy syndrome

Auteurs
A. Depauw, G. Loas et M. Delhaye
Année
2015
Type d'article
Article original
Keywords
child maltreatment, Munchausen syndrome by proxy, parental alienation

Résumé

Le syndrome de Münchausen par procuration (SMPP) a été décrit pour la première fois en 1977 par un pédiatre anglais du nom de Meadow. Le diagnostic de SMPP est extrêmement compliqué à poser étant donné le conflit éthique auquel il renvoie les intervenants et la difficulté à mettre en évidence les preuves incriminantes. Ses implications tant d’un point de vue médical, psychologique que juridique questionnent et interpellent tous les soignants qui y sont confrontés. Cet article va vous exposer le cas d’un jeune homme de 16 ans alité depuis un an et demi et pour qui le diagnostic différentiel d’une forme atypique du syndrome de Münchausen par procuration a finalement été posé, à la suite d’une hospitalisation dans une unité de psychiatrie infanto-juvénile. Ce cas clinique sera ensuite discuté dans le cadre d’une revue de la littérature sur le SMPP. Rev Med Brux 2015 ; 36 : 152-7

Abstract

The Munchausen syndrome by proxy (MSBP) was first described in 1977 by the English paediatrician Roy Meadow. The MSBP is an extremely complicated diagnosis because of the difficulty in finding the incriminating evidence of its existence and because of the ethical issue it raises for caregivers. Its implications from a medical, psychological and legal point of view raise difficult questions for any professional confronted to it. In this article we will first present the case of a 16-year-old teenager who had been bedridden in hospital for a year, before an atypical form of MSBP was finally diagnosed, after a stay in a child and adolescent psychiatry unit. We will then discuss this case in light of a literature review on the MSBP. Rev Med Brux 2015 ; 36 : 152-7

Télécharger l'article

Cet article est en accès libre.

Télécharger l'article (PDF)

Adobe Reader doit être installé sur votre ordinateur afin de pouvoir visualiser cet article. Vous pouvez le télécharger gratuitement du site www.adobe.com.