Le transfert d’un embryon unique : impact de la nouvelle loi belge sur les résultats du Centre de Fécondation in vitro (FIV) de l’Hôpital Erasme (Accès Libre)

Single embryo transfer : impact of new Belgian legislation on the results of the Clinic of Fertility of the Erasme Hospital (Free Access)

Auteurs
Y. Salame, Y. Englert, S. Emiliani, P. Revelard, A. Delbaere et F. Devreker
Année
2007
Type d'article
Article original
Keywords
multiple pregnancies, pregnancy rate, single embryo transfer, twin pregnancy

Résumé

Avec les progrès réalisés dans les traitements de reproduction assistée, les taux d’implantation et de grossesse ont augmenté. Cette évolution a conduit à l’augmentation des taux de grossesses multiples dans la population générale. Vu les nombreux risques maternels et foetaux liés aux grossesses multiples il était nécessaire de réduire leur incidence. Plusieurs efforts ont été tentés, notamment la limitation à 2 du nombre d’embryons transférés. Ceci a réduit l’incidence des triplés mais celle de grossesses gémellaires est restée inchangée, ce qui a convaincu les cliniciens de la nécessité de développer le transfert d’un embryon unique. En Belgique, une nouvelle politique de transfert a été instaurée de manière obligatoire depuis le 01/07/2003, visant à réduire les coûts liés aux grossesses gémellaires et à transférer les sommes libérées vers le remboursement des traitements de FIV. Nous avons étudié l’impact de cette politique sur les résultats du centre d’Erasme. Deux périodes ont été comparées : du 01/01/2001 au 30/06/2003 où la majorité des transferts était des transferts de 2 embryons (56,8 %) et du 01/07/2003 au 31/12/2004 où la majorité des transferts était des transferts d’un embryon unique (53,7 %) (p < 0.001). Les taux de transferts d’un embryon unique étaient de 12,5 % et de 53,7 % respectivement (p < 0.001). Les taux de grossesses cliniques étaient de 33,2 % et de 27,3 % respectivement (p < 0.001), par contre le pourcentage de grossesses gémellaires a fortement diminué de 29,9 % à 11,4 % (p < 0.001). Le taux d’embryons congelés est passé de 22 % à 31,2 % (p < 0.001). Donc l’introduction de cette politique semble atteindre ses buts au détriment d’une diminution des taux de succès. Néanmoins, l’augmentation du nombre d’embryons congelés devrait permettre, après décongélation et transfert, de compenser au moins partiellement cette diminution du taux de grossesse. Rev Med Brux 2007 ; 28 : 73-81

Abstract

With the progress made in the treatments of assisted reproduction, implantation and pregnancy rates have increased. This evolution has led to increase the rates of multiple pregnancies in the general population. Considering maternal and fetal risks related to multiple pregnancies it was necessary to reduce their incidence. Several efforts have been tried, in particular the limitation of the number of embryos transferred to 2. This reduced the incidence of triplets but that of twin remained unchanged, which convinced the clinicians of the need to reduce further the number of embryo transfer. In Belgium a new policy of transfer was established by a law introduced since the 01/07/2003 aiming to reduce the costs related to the twin pregnancies and to increase the reimbursement of IVF treatments. We have studied the impact of this policy on the results at the clinic of Erasme. Two periods were compared : from 01/01/2001 to 30/06/2003 where the majority of the transfers was transfers of 2 embryos (56.8 %) and from 01/07/2003 to 31/12/2004 where the majority of the transfers was transfers of a single embryo (53.7 %) (p < 0.001). The rates of single embryo transfer were 12.5 % and 53.7 % respectively (p < 0.001). The rates of clinical pregnancies were 33.2 % and 27.3 % respectively (p < 0.001), on the other hand the percentage of twin pregnancies has strongly decreased from 29.9 % to 11.4 % (p < 0.001). The rate of frozen embryos has increased from 22 % to 31.2 % (p < 0.001).Thus the introduction of this policy seems to achieve its goals to the detriment of a reduction of the success rates. Nevertheless, the increase in the number of frozen embryos should allow, after thawing and transfer, to compensate at least partially this reduction of the pregnancy rate. Rev Med Brux 2007 ; 28 : 73-81

Télécharger l'article

Cet article est en accès libre.

Télécharger l'article (PDF)

Adobe Reader doit être installé sur votre ordinateur afin de pouvoir visualiser cet article. Vous pouvez le télécharger gratuitement du site www.adobe.com.