Mise au point et traitement des lithiases rénales et prévention des récidives

Diagnosis and treatment of nephrolithiasis and prevention of recurrences

Auteurs
I. Simon, F. Legrand, J.-M. Des Grottes, F. Cotton, J. Nortier et T. Roumeguère
Année
2017
Type d'article
Néphrologie
Keywords
calcium oxalate stones, nephrolithiasis, prevention, urological procedures

Résumé

Introduction : la néphrolithiase est une affection dont la prévalence (1 à 15 %) a beaucoup augmenté ces dernières décennies dans les pays industrialisés et a, de ce fait, un impact sur les dépenses en soins de santé. Cette augmentation de prévalence s’explique essentiellement par une modification des habitudes alimentaires. La survenue d’une néphrolithiase peut en outre, être influencée par des facteurs environnementaux, métaboliques voire génétiques. La prise en charge de cette affection est le plus souvent pluridisciplinaire, impliquant urologues, néphrologues, radiologues, biologistes et diététiciens. La prise en charge urologique peut être nécessaire en phase aiguë et/ou à distance de l’épisode de colique néphrétique, pour l’élimination éventuelle de calculs résiduels. Plusieurs techniques sont disponibles : la mise en place de sondes double J, la lithotritie extracorporelle, l’urétéroscopie (souple ou rigide) voire la néphrolithotomie percutanée et plus rarement la chirurgie ouverte. La prise en charge néphrologique est justifiée au décours de l’épisode aigu et vise à identifier la ou les cause(s) ayant conduit à la formation de calculs. La démarche diagnostique comporte un interrogatoire approfondi (antécédents personnels médicaux et chirurgicaux, histoire de la maladie lithiasique et antécédents familiaux) et un bilan métabolique. Par ailleurs, compte-tenu du taux élevé de récidive (environ 50 % dans les 5 à 10 ans), la mise en place de mesures individualisées de prévention secondaire est nécessaire. Ces recommandations doivent tenir compte des facteurs de risque identifiés et des éventuelles anomalies du bilan métabolique. Rev Med Brux 2017 ; 38 : 279-83

Abstract

Introduction: despite fluctuations, the prevalence of nephrolithiasis has significantly increased during the last decades in industrialized nations worldwide (1 to 15 %), which has a significant impact on the cost of healthcare. This increased prevalence is mainly explained by diet modifications. Environmental, metabolic and genetic factors may also influence the formation of kidney stones. As a consequence, the medical management of this disease is preferentially multidisciplinary and involves urologists, nephrologists, radiologists, biologists and dietitians. Urological management : may be mandatory during any acute and/or remote phase of an episode of renal colic, in case of residual stones. Several techniques are available: insertion of double J stent, extracorporeal shock wave lithotripsy, ureteroscopy (flexible or rigid), percutaneous nephrolithotomy and more occasionally, open surgery. Nephrological management: is justified in the course of the acute episode and aims to identify the causal factor(s) of kidney stones formation. The diagnostic approach involves a thorough interrogation (personal medical and surgical history, details of the kidney stone disease and family medical history) as well as a metabolic assessment. Moreover, given the high rate of recurrence (about 50 % within 5 to 10 years), individualized secondary prevention measures are necessary. The recommendations should take into account the identified risk factors and any metabolic abnormalities. Rev Med Brux 2017 ; 38 : 279-83

Télécharger l'article

Cet article est en accès libre.

Télécharger l'article (PDF)

Adobe Reader doit être installé sur votre ordinateur afin de pouvoir visualiser cet article. Vous pouvez le télécharger gratuitement du site www.adobe.com.