Phaeohyphomycose à Alternaria infectoria chez un patient greffé pulmonaire

Phaeohyphomycosis infection by alternariosis in a lung transplant

Auteurs
Carton de Tournai D., Heimann P., Rossi C., Laurent F., Etienne I., Hites M. et Berlingin E.
DOI
10.30637/2019.18-009
Année
2019
Type d'article
Cas clinique
Keywords
Alternaria infectoria, lung transplant patient, phaeohyphomycosis

Résumé

Nous rapportons le cas d’un patient greffé pulmonaire depuis 11 ans pour une mucoviscidose qui a développé une phaeohyphomycose. Les phaeohyphomycoses font partie du groupe des dermatomycoses à Dématiées. Elles sont classées en deux groupes selon la profondeur de l’invasion (épidermique versus dermique). Un grand nombre de champignons peuvent en être responsables. Le diagnostic requiert à la fois l’isolation du champignon en culture ainsi que la preuve histopathologique. La phaeohyphomycose la plus classique dans le monde est l’alternariose survenant chez les patients immunodéprimés qui ont subi une transplantation. L’infection à Alternaria spp. se développe généralement dans la première année après la greffe. La mortalité relatée de ces infections cutanées est extrêmement rare. Les caractéristiques de la présentation cutanée de l’alternariose sont hétérogènes. Le traitement n’est pas standardisé, mais l’alternariose requiert habituellement la combinaison d’excision chirurgicale large, d’une thérapie antifongique prolongée et d’une réduction de l’immunosuppression. Si la lésion est bien délimitée, l’excision seule peut mener à une résolution totale, mais le traitement oral par un azolé, en fonction des concentrations minimales inhibitrices, est souvent préconisé en complément de la chirurgie.

Abstract

We report the case of a phaeohyphomycosis infection in a lung transplant recipient for cystic fibrosis, 11 years post-transplant. Phaeohyphomycosis is caused by a wide variety of fungi, belonging to the Dematiaceous fungi group which can be divided into two sub-groups, depending on the depth of the invasion (epidermal versus dermal). The diagnosis of phaeohyphomycosis requires the isolation of the fungus by culture and the identification of the fungus upon anatomopathological examination. The most common phaeohyphomycosis in the world is the alternariosis, observed essentially in immunosuppressed, transplant patients, occurring most frequently during the first year after the graft. The mortality rate due to these infections is extremely low. The characteristics of the cutaneous presentation are heterogeneous. The treatment is not standardized but alternariosis usually requires a combination of large surgical excision, prolonged antifungal therapy and dose reduction of the immunosuppressive therapy. If the lesion has well defined borders, surgical excision alone can lead to a complete cure. However, oral treatment with an azole, based on minimal inhibitory concentrations, is often recommended as adjuvant therapy.

Télécharger l'article - Je suis abonné ou membre

Uniquement pour les membres de l'A.M.U.B. et les abonnés à la Revue Médicale de Bruxelles.

Je désire m'abonner

Abonnez-vous à la Revue Médicale de Bruxelles.

Abonnement à la Revue

Je désire devenir membre

Devenez membre de l'A.M.U.B. et bénéficiez, en plus de l'accès à la Revue Médicale de Bruxelles, de nombreux services.

Devenir membre de l'A.M.U.B.

Adobe Reader doit être installé sur votre ordinateur afin de pouvoir visualiser cet article. Vous pouvez le télécharger gratuitement du site www.adobe.com.