Pratiques alternatives et " Evidence-Based Medicine " : une réconciliation possible ?

Alternative medicines and " Evidence-Based Medicine " : a possible reconciliation ?

Auteurs
J.-L. Vanherweghem
Année
2015
Type d'article
Ethique et Economie
Keywords
alternatives medicines, EBM, Evidence Based Medicine

Résumé

Le contraste entre les performances de la médecine occidentale régulière (MOR), un fait scientifique, et la popularité des médecines alternatives (CAM), un fait social, est un paradoxe de l’art de guérir. La MOR fonde sa pratique sur les paradigmes du matérialisme et du positivisme. Les CAM sur ceux du vitalisme et du relativisme. Ces paradigmes sont incommensurables. Le concept d’une médecine intégrative est une aporie. La MOR est aujourd’hui dans une impasse. Souvent, la subjectivité du patient qui souffre s’oppose à l’objectivité de la preuve. MOR et CAM son donc condamnées à coexister. Une leçon est à tirer des CAM : le praticien doit intégrer dans son approche la dimension psychosociale du sens que le patient donne à sa maladie. Rev Med Brux 2015 ; 36 : 393-5

Abstract

The contrast between the efficiency of Evidence- Based Medicine (EBM), a scientific fact, and the popularity of Complementary and Alternative Medicines (CAM) is a paradox of the art of healing. EBM is based on the paradigm of positivism and materialism while CAM are based on those of relativism and vitalism. These paradigms are diametrically opposed and the aim of an integrative medicine is aporetic. However, EBM is today in a dead end. The objective proof of a disease according to the rules of EBM is often lacking face to the expectations of patients demanding their illness to be taken into account. EBM and CAM have thus to coexist. Lessons can be drawn from CAM : patient expectations should be given a meaning and be integrated in his or her psychosocial context. Rev Med Brux 2015 ; 36 : 393-5

Télécharger l'article

Cet article est en accès libre.

Télécharger l'article (PDF)

Adobe Reader doit être installé sur votre ordinateur afin de pouvoir visualiser cet article. Vous pouvez le télécharger gratuitement du site www.adobe.com.