Sécurité et efficacité à long terme des prothèses « double pigtail » pour le traitement des collections péripancréatiques liées au syndrome du canal pancréatique déconnecté

Long-term safety and efficacy of «double pigtail» prostheses for the treatment of peripancreatic collections related to disconnected pancreatic duct syndrome

Auteurs
GKOLFAKIS P.
Année
2021
Type d'article
Actualités diagnostiques et thérapeutiques
Keywords
disconnected pancreatic duct syndrome, EUS, peripancreatic fluid collection, transmural drainage

Résumé

Le syndrome du canal pancréatique déconnecté (DPDS) est défini comme la rupture du canal pancréatique principal et généralement se présente comme la complication d’une pancréatite, aiguë ou chronique2. Le DPDS peut entraîner la formation des collections de liquide péripancréatique symptomatique (péri-PFC) (pseudokystes ou nécrose cloisonnée-WON) et, dans le cas particulier de la pancréatite aiguë, ces collections nécessitent de multiples interventions associées à une morbidité accrue3. Deux techniques de drainage transmural guidé par ultrasons endoscopiques ont été proposées pour traiter ces collections. La première consiste en le déploiement d’une ou plusieurs prothèses « double pigtail » en plastique (DPS) de l’estomac vers la collection, tandis que dans la seconde, des prothèses métalliques apposant la lumière (LAMS) reliant l’estomac et la collection peuvent être insérées. Les DPS sont optimaux pour les pseudokystes car ils permettent un drainage continu du liquide pancréatique à travers un trajet fistuleux ouvert entre le canal pancréatique rompu et le tube digestif, entraînant moins de récidives4. Les LAMS devraient être utilisées en cas de WON, car leur taille permet une nécrosectomie endoscopique et l’élimination du contenu solide nécrotique de la collection. Cependant, les LAMS sont associées à un risque accru de complications et de récidive de la collection ; une fois la nécrosectomie terminée, elles doivent être retirées et remplacées par une DPS5. Malgré leur vaste utilisation, la question de savoir si le maintien d’une DPS au long-terme est associée à une incidence accrue de complications reste ouverte. Dans cette étude1, nous visions, pour la première fois, à évaluer l’innocuité et l’efficacité du traitement à long terme par DPS chez les patients atteints d’un DPDS.

Abstract

The disconnected pancreatic duct syndrome (DPDS) is defined as the disruption of the main pancreatic duct and is usually the complication of acute or chronic pancreatitis2. DPDS may result to symptomatic peripancreatic fluid collections (peri-PFCs) formation (pseudocysts or walled-off necrosis) and, especially in cases of acute pancreatitis, these collections require multiple interventions to be treated, associated with increased morbidity3. Two different techniques of endoscopic ultrasoundguided transmural drainage have been proposed to treat these collections. The first one consists of the deployment of one or more plastic double-pigtail stents (DPSs) from the stomach into the collection while in the second one a lumen-apposing metal stents (LAMSs) connecting the stomach and the collection can be used. DPS are optimal for pseudocysts since they allow a continuous drainage of the pancreatic fluid through an open fistula tract between the disrupted pancreatic duct and the digestive tract leading to less episodes of recurrence4. On the other hand, LAMS should be used in cases of WON since their size allows for endoscopic necrosectomy and removal of necrotic solid contents from the collection. However, LAMS are associated with increased risk of complications and collection recurrence, thus, once the necrosectomy has been completed, they should be removed and replaced by DPS5. Despite their wide use, whether long-term placement of DPS is associated with increased incidence of complications remains an open question. In this study we aimed, for the first time, to assess the long-term safety and efficacy of DPS treatment in patients with a DPDS.

Télécharger l'article - Je suis abonné ou membre

Uniquement pour les membres de l'A.M.U.B. et les abonnés à la Revue Médicale de Bruxelles.

Je désire m'abonner

Abonnez-vous à la Revue Médicale de Bruxelles.

Abonnement à la Revue

Je désire devenir membre

Devenez membre de l'A.M.U.B. et bénéficiez, en plus de l'accès à la Revue Médicale de Bruxelles, de nombreux services.

Devenir membre de l'A.M.U.B.

Adobe Reader doit être installé sur votre ordinateur afin de pouvoir visualiser cet article. Vous pouvez le télécharger gratuitement du site www.adobe.com.