Vaccination contre le méningocoque (4CMenB) : actualités et recommandations

Meningococcal B (4CMenB) vaccine : uptodate and recommendations

Auteurs
F. Laurent, J. Pingitore et C. Rossi
Année
2018
Type d'article
Actualités diagnostiques et thérapeutiques
Keywords
Bexsero®, meningococcal group B vaccine, prevention

Résumé

Neisseria meningitidis est à l’origine d’infections invasives relativement rares, mais greffées d’une morbi-mortalité très importante. Des vaccins sont déjà disponibles pour les sérogroupes A,C,W,Y et un nouveau vaccin contre le méningocoque B est sur le marché belge depuis mars 2017. Le sérogroupe B est le plus prévalent dans les pays occidentaux, avec pour populations cibles les nourrissons et les adolescents, puisque c’est à cet âge que l’on observe des pics d’incidence d’infection à méningocoque. Le développement de ce vaccin a été rendu possible grâce à un nouveau procédé appelé " vaccino-logie inverse ", qui utilise le séquençage complet du génome de la bactérie. Les études actuelles portent essentiellement sur l’immunogénicité du vaccin qui est bonne, tant chez les nourrissons que chez les adolescents. Cependant, il persiste encore beaucoup d’inconnues comme la durée de protection du vaccin et son impact sur le portage pharyngé. Une autre difficulté concerne l’extrapolation des données sur le plan clinique car ce vaccin est constitué d’antigènes protéiques, dont l’expression et la prévalence dans les méningocoques B peuvent varier entre les différentes souches. En Angleterre, où le vaccin a été intégré au calendrier vaccinal, des effets bénéfiques ont pu être démontrés sur l’incidence des infections invasives à méningocoques. Le profil de toxicité est également rassurant, seuls des effets secondaires classiques ont été observés, comme la fièvre et les réactions locales. En 2017, le Conseil supérieur de la Santé (CSS) a émis un avis favorable pour la protection individuelle, sans recommander à ce stade une vaccination collective en Belgique. Après une revue des connaissances actuelles sur ce nouveau vaccin, nous tenterons d’en dégager des conclusions.

Abstract

Neisseria meningitidis is the cause of relatively rare invasive infections, but with very important morbi-mortality. Vaccines are already available for serogroups A, C, W, Y. A new vaccine against meningococcus B is on the Belgian market since March 2017. Serogroup B is the most prevalent in Western countries. The target populations are children and teenager, since it is at this age that peaks in the incidence of meningococcal disease are observed. The development of this vaccine has been made possible by a new process named " reverse vaccinology ", which uses the complete genome sequencing of the bacterium. Current studies focus on the immunogenicity of the vaccine, which is good for both children and teenager. However, there are still many unknowns with this vaccine such as the duration of protection and its impact on the pharyngeal carriage. Another difficulty lies in the extrapolation of the immunogenicity data among a population because this vaccine consists of protein antigens and we know that the expression and prevalence of these antigens may vary between different strains of meningococci. In England, where the vaccine has been included in the vaccination calendar, beneficial effects are demonstrated on the incidence of invasive meningococcal infections. The toxicity profile is also reassuring, only classic side effects have been observed, such as fever and local reactions. In 2017, the High Health Council issued a favorable opinion for individual protection, without recommending at this stage a collective vaccination in Belgium. After a review of the most recent data on this new vaccine, we will try to draw conclusions.

Télécharger l'article

Cet article est en accès libre.

Télécharger l'article (PDF)

Adobe Reader doit être installé sur votre ordinateur afin de pouvoir visualiser cet article. Vous pouvez le télécharger gratuitement du site www.adobe.com.